Expositions

Exposition « L’Envers de la Venoge des vers au ver » du 10 octobre 2019 au 29 mars 2020

Ce travail d’exploration de la Venoge, cette rivière entièrement vaudoise, a pour but d’emmener le spectateur au-delà de l’ordinaire et de révéler les beautés cachées de ce modeste cours d’eau. La Venoge, rendue célèbre par un poème écrit en juillet 1954 par Jean Villard (Gilles), poète, chansonnier, comédien, écrivain et compositeur suisse, est un peu à l’image du tempérament du vaudois, réservé et aimant prendre son temps. Il a donc fallu de nombreuses incursions le long des quarante-deux kilomètres de son parcours, sur ses rives, dans son lit et sous l’eau, pour qu’elle s’ouvre à mon regard et dévoile son intimité et sa poésie. 

Si vous partagez ma passion pour la nature et la photographie, vous trouverez beaucoup de plaisir à découvrir l’exposition « L’Envers de la Venoge, du ver au vert » à la Maison de la Rivière à Tolochenaz jusqu’au 29 mars 2020. 
 
L’idée d’une collaboration avec la Maison de la Rivière a été initiée en 2018 suite à mon exposition « La Venoge: dans l’intimité de sa poésie cachée », sur toiles en extérieur, au bar La Coquette à Morges. 
 
Sur le chemin menant à la Maison de la Rivière vous serez accueillis par une rencontre entre deux langages de poésie, celui des mots de Jean Villard Gilles et celui de mon travail photographique (en partie sous-marin).
 
Cette exposition marie à merveille l’art – je partage l’espace avec les passionnés de photographie naturaliste Pascal Engler, Christian Genton, Aurélie Rubin – et les connaissances scientifiques. Elle ravira sans aucun doute chaque visiteur ainsi que les familles. 
 
N’hésitez pas à me contacter si vous venez en groupe et que vous souhaitez ma présence.
 
Au plaisir de vous y rencontrer. 
 

Exposition « L’eau dans tous ses états » au Festival Photo Nature des Franches Montagnes 2019 à Saignelégier

La 3ème édition du festival de photo nature des Franches Montagnes s’est déroulée à Saignelégier le week-end des 21 et 22 septembre 2019 sur le thème « L’eau dans tous ses états. J’y ai présenté des images sur trois axes: Le premier panneau, consacré aux glaciers, le deuxième aux rivières et le troisième aux lacs.  

Exposition « La Venoge comme vous ne l‘avez jamais vue » à la buvette La Coquette à Morges dans le cadre de Festi’Plouf 2018

Dans le cadre de la première édition du Festival Festi’Plouf, un festival autour de l’eau et organisé par la Maison de la Rivière à Tolochenaz, l’exposition «La Venoge comme vous ne l’avez jamais vue» s’est déroulée du 15 au 19 août 2018 au bar La Coquette au Parc de l’Indépendance à Morges.

Les tirages sur toile étaient présentés dans le périmètre de la buvette éphémère ouverte à la culture avec une scène pour des spectacles gratuits.

Exposition « La Venoge: Dans l’intimité de sa poésie cachée » au Jardin de la Photographie 2017

Le Jardin de la Photographie est une association dont le but est d’organiser régulièrement, mais en principe tous les deux ans durant l’été, une exposition de photographies en plein air, dans le jardin de son siège à Bremblens-sur-Morges. Lors de l’édition 2017, du 30 juillet au 20 août, une dizaine de mes images de la Venoge ont pris place dans le jardin partageant l’espace avec les travaux de onze autres photographes professionnels. 

« Tempus, Spacium, Existentia »

Le projet « Tempus, Spacium, Existentia », présenté dans le cadre de l’exposition « Un après-midi à Ropraz » à la Fondation L’Estrée, est un travail de photographie dont la matière est la bulle de savon. Elle nous ramène au passé et à notre enfance mais exprime aussi l’instant présent furtif et la fragilité de la vie éphémère. Elle est notre monde intérieur ou encore une planète dans l’Univers et exprime le rapport entre le temps, l’espace et la vie. 

Exposition « Un après-midi à Ropraz », Fondation L’Estrée, du 7 juillet au 3 août 2016, regroupant six artistes s’exprimant dans des disciplines diverses. 

« Focus, Corpus, Illusio », un travail sur les a priori, les apparences et les illusions:

 
..

« Focus, Corpus, Illusio » est l’étape d’une observation et d’un cheminement. Certains éléments de notre environnement proche, un peu comme un point que l’on fixe longuement et qui voit tout ce qui l’entoure s’effacer , finissent avec le temps par devenir invisibles à nos yeux.

Ce travail photographique sans manipulation numérique se concentre sur de la matière et des corps familiers, notre nourriture corporelle, afin de nous interroger sur nos illusions et nos a priori. Il nous propulse dans le monde des apparences, nous confronte à la vérité et à nos certitudes et se transforme en nourriture de l’esprit.

«Ce que vous voyez n’est pas ce qui est»

La photographie prend tantôt la forme d’une peinture à l’huile, à l’acrylique ou à l’aérographe, tantôt celle d’un dessin au fusain ou à la craie. La toile, normalement dédiée à la peinture, participe à l’illusion.

Ce travail d’introspection nous conduit à travers des univers comme la Genèse et nos origines et nous renvoie à nos sens confrontés à l’expérience, à leurs certitudes et leurs contradictions.

L’apparente évidence parfois s’oppose, parfois se confond avec la vérité. Il y a une force propre de l’illusion qui fait qu’on la prend pour la vérité et on ne peut être dans l’illusion qu’en étant persuadé d’être dans le vrai.

Pdf du catalogue de l’exposition « Focus, Corpus, Illusio ».

Exposition « Focus, Corpus, Illusio » à l‘Espace Oz’Art à Lutry

« Focus, Corpus, Illusio »  exposé à l’Espace Oz’Art à Lutry du 8 juillet au 13 août 2016

 

Exposition « Focus, Corpus, Illusio » à la Fondation l‘Estrée à Ropraz

Revue de presse

 
error: Content is protected !!